Un vignoble participatif, collaboratif wavrien?

Au départ, Pablo Cremers lance l’idée du « Dyle » : créer un vignoble Wavrien, participatif en collaboration avec la commune, comme ça se développe de plus en plus: cela existe déjà dans des communes à travers le Pays comme par exemple pour Les Vins de Liège, Genval, Villers la Vigne, Le vignoble du Bois des Dames à La Hulpe ou le Clos de Zouaves à Thuin.
Nous nous sommes adressés à la commune, très enthousiastes, afin d’obtenir un bout de terrain pas trop mal exposé qui accueillerait environ 1000 pieds (environ 20 ares).
C’est en discutant avec Nathalie Everard des projets divers autour de Wavre en transition, et de la possibilité de planter un certain nombre de pieds chez elle à la Bilande, que l’idée d’un « vignoble en Mosaïque » est apparue. Un vignoble ou chaque coopérateur prendrait (beaucoup) soin du nombre de pied qu’il lui serait possible ou qu’il aurait envie de planter chez lui, sur son terrain: un mur plein sud, un morceau de terrain bien exposé, une clôture le long d’un chemin, une ancienne serre, les abords d’un terrain de tennis, voire même un terrain qui ne sert plus, n’importe quel petit bout de terre qui prend le soleil du matin au soir… quand il y en a.
Des pistes et des idées pour une culture sans chimie, des cépages adaptés à nos contrées, des méthodes de gestion de la végétation et de l’enherbement, on en a, nos amis vignerons français et belges en ont, vous en avez, nous en aurons et on les partagera. Pourquoi ne pas se regrouper lorsqu’il y a un peu plus de travail pour passer d’une plantation à l’autre et effectuer des tâches à plusieurs chez ceux qui auraient planté plus?
Et après ? Après 3 ou 4 ans, les premières grappes apparaîtront et nous permettront de les vinifier (le plus naturellement possible, sans levures ni sulfites ajoutés…si tout le monde est d’accord !) à la manière d’une mini-coopérative, avec comme unique prétention que celle de faire les choses autrement, en s’amusant et en apprenant au fur et à mesure. On déciderait ensuite ensemble et en fonction des résultats, si les vinifications se feraient par « parcelle » ou bien si on (r)assemblerait tous les raisins pour faire une seule cuvée. Il se posera alors la question du matériel vinicole et du chai. L’avantage de la vigne qui pousse, c’est qu’elle nous laisse bien le temps pour nous organiser, apprendre et devenir vigneron.
L’idéal serait de pouvoir articuler ce vignoble patchwork autour d’une parcelle « labo », éventuellement celle qu’on attend toujours de la commune, ou une autre, qui nous permettrait d’une part de tester certaines pratiques culturales que chacun serait libre de pratiquer chez lui dans son micro vignoble et d’autre part de se réunir régulièrement pour partager, discuter, déguster…
En fonction des intérêts manifestés, nous verrions s’il est toujours possible de passer une commande groupée et planter encore ce printemps.
Intéressés ? Contactez-nous : info@lespiedsdansladyle.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *